redondance

redondance

redondance [ r(ə)dɔ̃dɑ̃s ] n. f.
• 1690; « surabondance d'humeur » 1352; lat. redundantia
1Manière de s'exprimer où l'on dit plusieurs fois la même chose sous des formes et des aspects variés. superfluité, verbiage. « J'ai coupé quelques redondances, mais le sens est intact » (Romains).
2Ling. Caractère de ce qui apporte une information déjà donnée sous une autre forme ( redondant). Inform. Augmentation du nombre des caractères dans un message sans accroissement corrélatif de la quantité d'informations. La redondance est utilisée comme moyen de contrôle, de sûreté dans la transmission.
⊗ CONTR. Concision.

redondance nom féminin (latin redundantia) Abondance excessive et non justifiée de termes dans le discours. Caractère d'un énoncé qui réitère, sous plusieurs formes différentes, un même trait signifiant. Terme redondant, redite. En informatique et dans les télécommunications, duplication d'informations afin de garantir leur sécurité en cas d'incident. ● redondance (synonymes) nom féminin (latin redundantia) Abondance excessive et non justifiée de termes dans le discours.
Synonymes :
- délayage (familier)
- prolixité
- superfluité (littéraire)
- verbosité (littéraire)
Caractère d'un énoncé qui réitère, sous plusieurs formes différentes, un...
Synonymes :
- pléonasme

redondance
n. f.
d1./d Caractère superflu de certains développements, de certaines répétitions dans le discours. Redondance de l'expression.
|| Répétition, redite. Texte plein de redondances.
d2./d INFORM Augmentation du nombre des symboles d'un message sans accroissement de la quantité d'information. La redondance est un moyen de contrôle de la transmission d'informations.

⇒REDONDANCE, subst. fém.
A. — Vieilli. Surabondance (des chairs, des graisses). Synon. plénitude, pléthore. Si elle s'était plus énergiquement empreinte dans sa mémoire (...), cela tenait à sa senteur de bête bien portante et saine; la redondance de sa santé était l'antipode même de cette anémie (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 141). Cette redondance graisseuse d'une forme si particulière, marque chez certains hommes (...) que les charmes de l'épouse les ont rebutés une fois pour toutes (AYMÉ, Brûlebois, 1926, p. 12).
B. — 1. STYL., gén. péj. Abondance de répétitions, de développements, d'ornements, généralement considérée comme excessive, critiquée pour sa lourdeur, son obscurité, son emphase. Synon. boursouflure, enflure, grandiloquence, prolixité, verbiage, verbosité; anton. brièveté, sobriété. Redondance encombrée de métaphores. Rien de figuré ni qui vienne jamais relever sous leur plume la monotonie fastidieuse, la rédondance et le sempiternel retour des mêmes raisons, des mêmes arguments (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 548):
1. ... la phrase du XVIIe siècle est longue, à périodes; c'est l'époque du développement, de la dissertation, où la pensée vise sans cesse à s'amplifier par la forme qui l'exprime, jusqu'à atteindre parfois une certaine redondance. Le XVIIIe siècle, au contraire, (...) aboutit à la phrase « voltairienne », où se forgent la langue moderne et sa concision.
HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 43.
P. méton., gén. au plur. Répétition inutile, formule outrancière. Les rengaines, les excitations, les phrases, les mensonges et les redondances de cette feuille d'épiciers libéraux (GONCOURT, Journal, 1861, p. 892). Le lecteur n'est pas façonné pour cet art sans éloquence; il s'est habitué aux prédicateurs; les redondances sont pour lui des politesses (ALAIN, Propos, 1911, p. 117).
2. P. anal. [À propos d'autres formes d'expr.] Amplification exagérée, multiplication des éléments décoratifs. Le naturel au théâtre ne doit d'ailleurs pas l'intéresser beaucoup, lui [Mounet-Sully] qui est l'emphase, la déclamation, la redondance et l'exagération en personne (LÉAUTAUD, Théâtre M. Boissard, 1926, p. 39). Dans un langage ampoulé et confus, elle [une symphonie] ne parvient pas le moins du monde à cette « brièveté sans redondance » (...) qu'elle a l'audace de se proposer (Le Nouvel Observateur, 2 nov. 1966, p. 44, col. 1).
P. méton. Élément décoratif superflu. Il faut prendre garde (...) à propager cette idée funeste que les édifices peuvent se passer du beau, car on en viendrait bientôt à regarder la beauté comme une redondance (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p. 68).
3. Rare, p. méton. Répétition inutile. Du reste l'authentique, si véritablement elle existe (...), n'apprendrait rien de nouveau, ce ne serait qu'une redondance de fait, qu'une superfétation (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 171).
C. — COMMUN. Caractère d'un message, d'un code, présentant des répétitions, des éléments excédentaires par rapport au nombre de signes strictement nécessaires à la transmission de l'information et permettant ainsi une compréhension et une fiabilité meilleures. La détection d'erreurs portant sur la valeur de l'information peut être réalisée au moyen de codes détecteurs introduisant une information redondante (...). La correction de ce type d'erreurs nécessite une redondance plus importante, qui peut être obtenue par l'usage de codes correcteurs d'erreurs ou par répétition du message (CORNAFION, Systèmes informat. répartis, Paris, Bordas, 1981, p. 47).
P. méton.:
2. Nous retrouvons le recours à la théorie des redondances dans le Vocoder et dans le Voder, appareils inventés en 1936 et en 1939 par H. Dudley. À l'émission, le message parlé passe à travers une série de filtres (...). Dépouillées de leurs redondances, les variations essentielles des sons sont transmises en même temps qu'un bref message apporte la formule de ces redondances.
Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 114.
En partic., LING. La notion de redondance intervient dans de nombreux phénomènes naturels, dans les langages et dans les méthodes de déchiffrement des écritures secrètes (...). Son étude est dominée par un théorème énoncé par Shannon (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964 p. 104). La redondance est propre aux langages naturels et appartient au code (ex.: dans « les journaux » le pluriel est donné deux fois, par « les » et « -aux » (...)). On estime la redondance à 50 % dans le discours (REY Sémiot. 1979).
P. méton. En français (...). — L'accord provoque aussi des redondances: dans La fille brune, le féminin brune est redondant (D. D. L. 1976).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: re-; 1740-1798: ré-; 1835, 1878: re-, ré- (id. ds LITTRÉ pour qui re- est le plus usité); Ac. 1935: re-. V. réviser. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIIe s.-déb. XIVe s. « rebondissement, rejaillissement » (Gloss. rom. ms. Bruxelles Bibl. roy., 9543 ds T.-L.); ca 1357 id. (Trois Maries, p. 291 ds LA CURNE); 1600 « rejaillissement » au fig. (FR. DE SALES, Defense de la croix, IV, 11 ds HUG.), attest. isolées; 2. 1532 latinisme redundance « abondance » (RABELAIS, Pantagruel, VI, éd. V. L. Saulnier, p. 34); 1690 (FUR.: Redondance s. f. Vice du discours qui naît de la superfluité des paroles. La redondance des termes ou des phrases rend un stile foible et languissant); 3. 1762 « répétition, énoncé qui fait double emploi » (J.-J. ROUSSEAU, Émile, II ds Œuvres compl., t. 4, La Pléiade, p. 354); 4. 1964 ling. et télécomm. (Hist. gén. sc., loc. cit.) Empr. au lat. redundantia (dér. de redundans, v. redondant) « trop plein, abondance, excès, redondance du style ». En ling. et télécomm. et plus gén. dans la théorie de l'inform., réempr. à l'anglo-amér. de même orig. redundance (1948, télécomm. et ling. ds NED Suppl.2). Fréq. abs. littér.:23. Bbg. MILNER (J.-Cl.). La Redondance fonctionnelle. Ling. Investig. 1979, t. 3, n ° 1, pp. 144-145.

redondance [ʀ(ə)dɔ̃dɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1690; « surabondance d'humeur », 1352; (selon Wartburg, la forme signalée au XIVe, par Bloch et Dauzat vient d'un autre radical); du lat. redundantia; de redundare, (→ Redonder) « abonder, déborder », de unda; → aussi Onde.
1 Abondance excessive, superflue, dans le discours (développements, ornements, répétitions…). Amplification, excès, superfluité, surabondance, verbiage. || La redondance du style, des termes… Enflure.Par ext. Ornement ou développement excessif, inutile (→ Ampleur, cit. 3). || Couper (cit. 14) quelques redondances. || Redites et redondances. aussi Cheville (cit. 6), pléonasme.
1 Un esprit tout critique et chagrin pourrait relever dans ces pages mêmes des redondances, et cette disposition d'Amyot à tout étendre et à tout allonger; on nage avec lui dans les superfluités sans doute : là où Plutarque ne met que deux mots, il en met trois et quatre, et six (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 25 août 1851.
2 Savet nous a fait entendre plusieurs disques, de Mozart, Beethoven et Bach (…) Beethoven m'a paru lourd de rhétorique et de redondance.
Gide, Journal, 12 juil. 1934.
Excès d'ornements (dans les arts plastiques). || La redondance du baroque, du maniérisme.
2 (XXe). Didact. Caractère de ce qui apporte une information déjà donnée sous une autre forme. État d'un système redondant. (Inform.). Augmentation du nombre des caractères dans un message sans accroissement corrélatif de la quantité d'informations. || La redondance est utilisée comme moyen de contrôle, de sûreté dans la transmission. || La redondance et le bruit.
DÉR. (Du même rad.) Redondant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • redondance — ou rédondance (re ou ré dondan s ; l Académie admet les deux orthographes et les deux prononciations ; mais la première est beaucoup plus usitée) s. f. Excès dans l abondance ou les ornements du style. •   Ce serait un pléonasme, une redondance… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • rédondance — redondance ou rédondance (re ou ré dondan s ; l Académie admet les deux orthographes et les deux prononciations ; mais la première est beaucoup plus usitée) s. f. Excès dans l abondance ou les ornements du style. •   Ce serait un pléonasme, une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • redondance — Redondance. s. f. Superfluité de termes ou de choses dans un discours. C est une redondance, il faut éviter les redondances …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Redondance — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La redondance se rapporte à la qualité ou à l état d être en sur nombre, par rapport à la normale ou à la logique. Ce qui peut avoir la connotation… …   Wikipédia en Français

  • RÉDONDANCE — s. f. (Dans ce mot et dans ses dérivés, bien des personnes écrivent et prononcent Re. ) Superfluité de paroles dans un discours. La rédondance rend le style faible et languissant. Son style est plein de rédondances. Il faut éviter les rédondances …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Redondance N+1 — La redondance N+1 est un terme utilisé en informatique pour décrire un système impliquant un nombre d équipements (N) plus un équipement supplémentaire (+1) et dont la mission est de permettre à l ensemble de continuer à fournir un service quasi… …   Wikipédia en Français

  • redondance — (многословие | redondance) Употребление лишних слов, неоправданное действительными потребностями высказывания. Выражение называется многословным (redondante), если его части дублируют друг друга: quoi qu il arrive ou qu il advienne «что бы ни… …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • redondance — atsarga statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. backup; margin; reserve vok. Reserve, f; Sicherung, f; Vorrat, m rus. запас, m; резерв, m pranc. marge, f; redondance, f; réserve, f …   Automatikos terminų žodynas

  • redondance — rezervavimas statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. back up; redundancy; reservation vok. Reservehaltung, f; Reservierung, f rus. резервирование, n pranc. mise en réserve, f; redondance, f; réservation, f; secours réciproque, m …   Automatikos terminų žodynas

  • redondance — rezervavimas statusas T sritis Standartizacija ir metrologija apibrėžtis Objekto patikimumo laidavimas, kai naudojami papildomi įtaisai, elementai ir ryšiai. atitikmenys: angl. redundancy vok. Redundanz, f rus. резервирование, n pranc. redondance …   Penkiakalbis aiškinamasis metrologijos terminų žodynas

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”